Harley Nation
Bienvenue sur Harley-Nation

En tant qu'invité tu n'auras accès qu'à un nombre limité de nos rubriques. Si tu souhaites profiter pleinement de notre forum, n'hésites pas à nous rejoindre en t'inscrivant.

Tu seras le bienvenu parmi nous.

L'histoire des clubs Américain.

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

L'histoire des clubs Américain.

Message par Néné le Dim 13 Aoû - 11:03

Le patch 3 pièces

Le patch 3 pièces est une tradition légendaire dans la culture du MC. Sa création remonte à 1947, après les retombées du fameux incident d'hollister dans la ville de la Californie. En raison de la célèbre photographie du photographe Barney Peterson et de l'article qui a été publié dans life magazine le 21 juillet 1947, l'ama s'est senti obligé de s'éloigner de ceux qu'ils estimaient être à la racine du "problème" trop exagéré. La ville de hollister s'est occupé de la célèbre tournée gitane. Parce que l'ama a pris les mesures pour se séparer de certains clubs de motards qu'ils estimaient ne pas représenter les directeurs de l'ama, ces clubs se sont sentis alors obligés de se rebeller contre l'ama. Une partie de cette rébellion était de couper leur patch en 3 pièces distinctes. Les clubs qui étaient présents ce jour-là comprenaient le boozefighters mc, ont énervé les bâtards de bloomington, les commandos de Market Street, le galopante goose mc et les 13 rebelles mc.

Tous ces clubs sont nés en 1947 ou avant 1947 et tous ces clubs avaient un patch original qui était un seul patch circulaire, qui était une norme ama. En tant que défi à l'ama, les clubs coupent les manches et les colliers de leurs vestes en denim et / ou coupent leur dispositif de dos en 3 pièces distinctes. Ce geste audacieux était l'acte de rébellion le plus visible et a signifié la naissance et l'émergence du club des hors-la-Loi. Les clubs qui ont été fondés après les retombées avec l'ama ont soit adopté la pratique hors-la-loi consistant à avoir 3 patchs distincts, soit ils ont respecté les règles de l'ama et sont restés clairs sur le dispositif de 3 pièces. Le Patch de 3 pièces est alors le symbole de la rébellion et le signe d'appel d'un club de motards hors-la-Loi.

En raison de la conception circulaire naturelle du dispositif d'origine, coupé en trois morceaux distincts, le rocker du haut et du bas sont courbe. La légende dit que les clubs sont restés avec les rockers parce que lorsqu'ils étaient placé dans sa configuration initiale, il formait un grand "O" qui était hors-la-Loi. Un rappel constant qu'ils étaient ceux qui vivaient hors de la loi et défié l'ama. Au cours de cette période explosive, les clubs étaient à la recherche de tout et de tout pour s'rayer face à l'ama, pour inclure, découper des taches, couper du Denim, couper des vélos et donner des trophées pour le pire de la pire du pire plutôt que le meilleur du spectacle.

Les clubs hors-la-loi sont des clubs de motards traditionnels. La signification traditionnelle de tous les hommes sur les motos de marque américaine portant un patch de 3 pièces. Trop souvent dans la culture du club d'aujourd'hui, il y a un certain nombre de clubs qui portent un patch de 3 pièces sans être un club hors-la-Loi. Ces clubs portent souvent une configuration de 3 pièces et sont un club mixte ou une moto étrangère, ou les deux. C'est mal d'un point de vue traditionnel et seulement ceux qui correspondent à la moisissure d'un club hors-la-Loi devrait porter la configuration hors-la-Loi.



_________________
Ne roule pas plus vite que ton ange peut voler...
avatar
Néné
Harley nation crew
Harley nation crew

Messages : 4152
Date d'inscription : 09/11/2015
Age : 61
Localisation : Vosges
Bike: : Trike Street Bob

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire des clubs Américain.

Message par Néné le Mar 15 Aoû - 14:56

en complément
1948. "99 % des motards sont des gens convenables et honnêtes"

Hells Angels, Outlaws et Bandidos, les trois clubs de bikers hors la loi que l'on trouve en France, sont nés aux Etats-Unis, au lendemain de la Seconde guerre mondiale. A l'époque, ces clubs ne sont encore que des groupes de vétérans de l'armée, dont beaucoup d'aviateurs, qui recherchent la fraternité qu'ils ont connue pendant la guerre. Ceux-ci "troquent alors leurs ailes pour des roues" et adoptent une moto de légende : la Harley Davidson, symbole d'aventure et de liberté.

Bikers 1% : la naissance d'un mythe

En 1947 et  1948, ils organisent plusieurs rassemblements de milliers de passionnés. Qui dégénèrent en beuveries, dégradations et émeutes avec la police. On compte deux morts, des blessés par dizaines et des centaines d'arrestations. Pour relativiser les événements et leur énorme retentissement médiatique, le président de l'American Motorcycle Association (AMA) déclare que "99 % des motards sont des gens convenables et honnêtes (*)." Par défi et pour marquer leur différence, les motards rebelles adoptent le sigle "1%", qu'ils arborent encore aujourd'hui fièrement sur leurs tenues (comme le sigle "MC", Motorcycle Club).

En France en 1981

Les gangs de motards sont nés. 1948 : les Hells Angels, en Californie. 1959 : les Outlaws (officiellement apparus en 1935), près de Chicago. 1966 : les Bandidos, au Texas. Enclins à la violence, ces motards nouent rapidement des liens avec la mafia italo-américaine et le grand banditisme, qui les utilisent comme gros bras. Jusqu'à ce qu'ils volent de leurs propres ailes et se développent à l'échelle mondiale. Les premiers, des Hells, arrivent en France à la fin des années 70 et ouvrent leur premier chapitre en 1981 (Paris), suivis par les Bandidos en 1989 (Marseille) et les Outlaws en 1993 (Nantes). Si les Hells sont les plus puissants et les plus influents, les Bandidos, en pleine expansion dans le monde, sont désormais officiellement les plus nombreux en France. Les Outlaws sont essentiellement concentrés dans le nord-ouest du pays.

(*) Dans les années 90, les services de répression américains parlaient de 0,2% de criminels parmi les motards. Les clubs "hors la loi" ne représentent évidemment qu'une infime minorité des clubs de motards.
Des règles, des codes et une hiérarchie très stricts

Le coeur du chapitre est composé d'officiers et de membres à part entière (full-patch). Ils sont les seuls à prendre les décisions (par vote).
- les officiers : un président (élu par ses pairs), un vice président, un secrétaire-trésorier, un sergent d'armes (chargé de la sécurité, de la discipline interne et du renseignement) et, éventuellement, d'un capitaine de route (déplacements).
- les membres : il faut être un homme, majeur, rouler en Harley (ou en moto style chopper). Pendant longtemps, selon les clubs, il ne fallait pas être noir. Les membres des forces de l'ordre sont refusés. Ils portent les couleurs du club dans leur dos (nom, emblème et zone géographique). Sur le devant figurent le nom du club et le grade éventuel du membre. Ces "couleurs" sont un élément aussi sacré que les Harley sur lesquelles ils roulent. Tous les bijoux et objets divers portant les couleurs du club, réservés aux seuls membres, demeurent la propriété du club. Si un membre quitte le club, il doit restituer ou effacer toute marque du club (y compris les tatouages).
- Nomads : membres à part entière non rattachés aux chapitres classiques. Ils sont "volants", et en général chargés d'agrandir et de surveiller les zones d'influence du club. Sorte de brigade de choc.

Autour de ce noyau dur, on trouve :
- les prospects (ou probationnaries) : membres potentiels (aspirants). Seront acceptés, par un vote à l'unanimité des membres, si au terme d'une période probatoire allant de 6 mois à deux ans, ils font leur preuves. Ils ne portent qu'une partie des couleurs arrières (un arceau en général, pas d'emblème).
- les hangarounds : dernier cercle du club. Ce sont les sympathisants, tolérés dans leur entourage. Ils portent éventuellement un patch sur le devant (ou un écusson hangaround). Au terme d'une période d'un à deux ans généralement, ils pourront, s'ils le souhaitent, peut-être devenir "prospect".
- les femmes : leur place est très limitée. Elles sont soit "sheep" (brebis) et elles "appartiennent" au club ("property of", éventuellement inscrit au dos de leur veste), soit « old lady », statut plus "confortable" désignant la compagne ou l'épouse légitime d'un membre du club.

Un club qui souhaite porter les couleurs d'un club "1%" doit suivre le même long cheminement : support (soutien variable selon la volonté des membres), hangaround (soutien affirmé), prospect (doit faire ses preuves pour devenir membre à part entière). Le chapitre ne peut porter les couleurs (fullpatch) du club qu'après un vote des chapitres de tout le pays.

Décorations, statuts.
En plus des couleurs et des grades, les membres peuvent afficher les "décorations" qui leur sont remises pour des faits d'armes :
- Ecusson "Dequiallo"(Hells) ou "Expect no mercy" (Bandidos) : indique que son porteur a été violent, notamment contre les forces de l'ordre
- Ecusson ou tatouage "Filthy Few" ou "66" ou "666" ou "Coup de grâce" (Bandidos) : son porteur a déjà tué pour le club (il y aurait 60 à 80 porteurs de ce patch dans le monde, dont un Français (2005); signe en voie de disparition, discrétion oblige).

Renseignement.
Les clubs ont une solide culture du renseignement. Cette tâche revient notamment au sergent d'armes de chaque chapitre. Aux Etats-Unis, tous les "ennemis" potentiels sont ciblés : bikers rivaux bien sûr, mais aussi policiers, journalistes, magistrats, hommes politiques. Les informations collectées sont très poussées (photo, adresses, famille, véhicules...), grâce notamment aux femmes ou proches de bikers "infiltrés" dans les administrations.

Activités légales.
Les clubs organisent, à plus ou moins grande échelle, des manifestations liées au monde la moto (concerts rock ou country, tatouage...). Certains clubs et chapitres ont lancé des activités dans le secteur de la sécurité privée, du spectacle, du transport (taxis...), etc.


_________________
Ne roule pas plus vite que ton ange peut voler...
avatar
Néné
Harley nation crew
Harley nation crew

Messages : 4152
Date d'inscription : 09/11/2015
Age : 61
Localisation : Vosges
Bike: : Trike Street Bob

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire des clubs Américain.

Message par snatch88 le Mar 15 Aoû - 18:54

Un vrai Alain Decaux notre Néné, j'attends avec impatience l'histoire des premiers MC américains non 1%

_________________
Heureux soient les fêlés, car ils laisseront passer la lumière
avatar
snatch88
Admin
Admin

Messages : 8544
Date d'inscription : 09/11/2015
Age : 53
Localisation : VOSGES
Bike: : Heritage softail 2010

http://www.vosegus-tribe.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire des clubs Américain.

Message par Néné le Mar 15 Aoû - 21:25

L'histoire des Booz

7 décembre 1941, Pearl Harbor. En ce jour d'infamie, les Etats-Unis sous le choc, sont projetés dans la Seconde Guerre Mondiale.

Dès 1942, des millions de jeunes Américains affluent vers les Centres de Recrutement, un seul idéal en tête:

Défendre la Liberté.

Quatre ans plus tard (1945), après avoir vécu des années de guerre sur Terre, sur Mer ou dans les Airs, des plages de Normandie à celle d'Iwo Jima, vus leurs Amis tomber, tissés des liens de Fraternité au Combat, dans la promiscuité d'un « trou d'homme » (foxhole), la carlingue d'un B24, ou d'un Bâtiment de Guerre, ils quittent l'enfer pour être replongés avec autant de violence dans la vie Civile.

Leurs « Discharge Duck » fièrement cousus sur la poitrine et leurs maigre Solde de Démobilisation en poche, certains ont du mal à trouver leurs repères dans l'Amérique policée et individualiste de la fin de cette décennie.

Des Lieux comme le « All American Café » à Los Angeles ou le « Shangai Red » à San Pedro vont servir de bases à ces jeunes en manque de sensations fortes. L'occasion de se rencontrer, d'échanger souvenirs et espoirs, de vider des caisses de « Old Gold Beer » et de s'affronter sur les pistes de « Dirt Track » ou de « Hill Climbing » lors des « Gipsy tours » organisés par l'American Motorcycle Association (AMA); La Moto devenant le seul vecteur puissant d'adrénaline.

Pacific Tramp III Wino Willie FORKNER, ex mitrailleur de soute à bord du Bombardier B24 « PACIFIC TRAMP III », fait parti de ces jeunes...

Naissance d'une Légende

Membre des 13 REBELS MC, quelque peu indiscipliné, « Wino » Willie FORKNER aura tôt fait d'être exclu de ce Club après avoir forcé l'accès lors d'une course organisée par l'American Motorcycle Association, (El Cajon Race).

Il décide alors de créer son propre Club avec d'autres gars comme:
Vern AUTREY, Jack LILLY, « Fat boy » NELSON, « Red Dog » DAHLGREN, Jim « Smiley » CAMERON, Georges « Herkemer » MANKER, « Little » Bobby KELTON, « Dink » BURNS, CB CAUSEN, Johnny DAVIS, Jim SMITH, « Sleepy », Al ORR, Jimmy KIMBALL, Jimmy MORRIS, « Red », « Smoe », Andy BURK et « Womp », pour n'en citer que quelques uns. Fidèles Clients du « All American Café », ils se réunissent tous les weekends à la recherche d'un nom pour ce nouveau Club... Etrangement, la suggestion viendra d'un des « piliers » du bar, motard solitaire qui ne sera jamais Membre, un certain Walt PORTER.

Les voyant batailler pour quelques cannettes, Walt leurs lança de l'autre coté du comptoir, dans un semi coma alcoolique:

« Boo...Boo...BOOZEFIGHTERS... Tel est le nom que vous devriez adopter, vu que la seule chose que vous sachiez vraiment faire, ...c'est de venir ici et de tomber des bouteilles d'alcool (Booze)... ».

Ce nom ne semble pas, dans un premier temps, satisfaire les protagonistes... Jusqu'au jour ou, lors d'un rassemblement organisé par un autre Club, un des Membre partiellement alcoolisé, tentant de dessiner des cercles sur la terre battue avec sa moto s'étale de tout son long. Coincé sous sa machine des Filles accourent pour le secourir, mais le trouvant « ivre mort », lui demandent de quel « damné » Club il peut bien faire partie. En manque d'inspiration ce dernier leurs répond:

« Des BOOZEFIGHTERS de Los Angeles!!! »

Comme une trainée de poudre, la nouvelle se repend sur l'événement, en quelques mots: « Méfiez vous de ces Boozefighters de Los Angeles!!! »

...La légende est en marche...
The Green Star Bottle

Début 1946 le premier Chapitre du Boozefighters MC voit le jour à Los Angeles, très rapidement suivi par deux autres à San Francisco et San Pedro. Il devient donc nécessaire de trouver un Logo distinctif approprié. L'idée vient du fondateur Wino Willie qui, lors d'une réunion au 'Big A' propose une chemise verte, avec brodé sur la manche gauche, une Bouteille comportant trois étoiles. La signification de ce symbole aurait pu tomber dans l'oubli, c'était sans compter la mémoire de Jeanine Roccio, épouse de Johnny Roccio dont la sœur avait effectué la broderie. Celle ci est catégorique; il s'agit bien d'une bouteille de Cognac Hennessy comportant trois étoiles sur son goulot jusqu'en 1953....

Et Wino de s'exclamer: « Avec un pareil nom d'alcoolique et connu comme tel, nous nous devons d'arborer la bouteille du meilleur breuvage jamais gouté!! »

.... Et cet alcool, c'est de France que les GI's l'avaient ramené.

La chemise don de Wino, conservée actuellement par le BFMC et exposée au nouveau Musée HARLEY DAVIDSON de Milwaukee, ne fut pas retenue par les Membres du Club à l'époque... Le Logo 'Three Star Bottle' par contre, adopté avec enthousiasme et apposé pleine poitrine sur des Sweaters de laine et des Jerseys de coton verts et blanc.
« Hollister Bash », ou « le feu aux poudres ».

Courant 1946, sous l’impulsion de Wino, le BFMC se structure et crée ses propres règles, nommées le « By law ». Ce « By law » définit les termes de Prospection des nouveaux postulants, posant ainsi les bases d’une véritable Fraternité Motarde.

Tous les prétextes sont bons pour se retrouver, des soirées arrosées au « Big A » aux Runs endiablés vers la frontière Mexicaine, poussant même jusqu’à Tijuana. Dans le même temps, la Course tient une grande place. Bannis par la très puritaine AMA des années 40, les Boozefighters troquent temporairement leurs jerseys vert et blanc contre ceux des Yellow Jackets, (qu’ils considèrent comme un Club Frère), afin de participer aux courses et différents « Gipsy tours ».

4 juillet 1947, « Independance Day ». C’est justement lors du « gipsy tour » organisé chaque année par l’American Motorcycle Association dans la petite Ville d’Hollister en Californie, que le BFMC va s’illustrer... Plus de 4000 Motards sont attendus en ce jour de Fête Nationale, ou sous des allures de grande Kermesse, les Courses et autres épreuves Motocyclistes vont se succéder deux jours durant. Pour rien au monde, les trois Chapitres Boozefighters rateraient une si belle occasion de faire la fête. La caravane du Club est attelée, remplie de caisses de bière « Old Gold » et de Gallons de Whisky, tractée par une vielle Cad.36 et conduite par un Hangaround. Les Membres et les Boozettes de Los Angeles, San Pedro et Frisco se rejoignent à motos.

À Hollister, la fête bat son plein. L’alcool aidant, des « Runs » sauvages sont organisés en marge de la course officielle, la « main street » devenant un terrain de jeux. Jim Cameron gare sa moto contre le comptoir à l’intérieur du saloon sous les « hourras » des motards présents. « Red dog » est arrêté et mis en prison pour mixions sur la voie publique et état d’ivresse, ce qui a pour effet de faire monter la tension envers les forces de l’ordre débordées. La prison est prise d’assaut, ce qui vaudra à « Red » son deuxième surnom de « Jailbreak ». Au bout de deux jours et à grand renforts de police, le calme revient dans la petite citée. Mais ces événements sont très vite relayés et montés en épingles par le « San Francisco Chronicle », puis par « Life Magazine », le 21 Juillet 1947. Une photo choc et 115 mots pour défrayer la chronique, qui font « boule de neige » et viennent ébranler l’Amérique bien pensante, créant ainsi le mythe du « mauvais motard hors la loi ».

L’année suivante, le 4 Juillet 1948, les mêmes événements se reproduisent à Riverside en Californie, peut-être plus violents encore. Cette fois c’est la Garde Nationale qui rétablira le calme.

« Just for the fun ».




Dernière édition par Grumpy le Mar 22 Aoû - 0:09, édité 1 fois

_________________
Ne roule pas plus vite que ton ange peut voler...
avatar
Néné
Harley nation crew
Harley nation crew

Messages : 4152
Date d'inscription : 09/11/2015
Age : 61
Localisation : Vosges
Bike: : Trike Street Bob

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire des clubs Américain.

Message par Néné le Mar 15 Aoû - 21:28

LE YELLOW JACKETS MC

Nous nous penchons aujourd'hui sur l'historique d’un deuxième grand club apparu en Californie avant la Seconde Guerre Mondiale, le Yellow Jackets MC, l'un des pères fondateurs qui établit les premières bases de ce qui allait devenir un mouvement national, puis international, et que l'on appellera la biker culture…
Créé en 1938, le Yellow Jackets Motorcycle Club est l'un des clubs les plus anciens encore en activité aux États-Unis. Il fait partie des premiers clubs californiens aux côtés du 13 Rebels MC et du Orange County Motorcycle Club qui, avec les Boozefighters, ont participé aux célèbres « émeutes » de Hollister en 1947 et donné naissance à la biker culture telle qu'on la connaît aujourd'hui.
La naissance du club est assez différente de celle de ses homologues de l'époque, et son histoire officielle est beaucoup moins documentée, donc plus difficile à connaître. Il semblerait que le club ait d’abord été un club de voitures en Californie du Sud, au début des années 30, mais que, petit à petit, pour des raisons financières, les membres de ce groupe encore informel – qu'on identifiait seulement à leur sweater aux manches rayées jaune et noir, comme l'abdomen d'une guêpe – se tournèrent vers la moto. Selon l'un de ses membres fondateurs, ce n'est donc qu’en 1938 que ces jeunes passionnés de vitesse prirent le nom officiel de Yellow Jackets Motorcycle Club et qu'ils s'affilièrent à l'American Motorcycle Association (AMA) afin de participer à ses courses. Le siège social du club fut alors fixé à Gardena, qui reste considéré aujourd'hui comme le chapitre « mère ».
Tout comme le 13 Rebels MC, le club a donc d'abord été créé comme un simple club de courses motocyclistes : tous les membres étaient des pilotes qui s'affrontaient sur les « dirt tracks » de Californie. Mais la vie du club ne s'arrêtait pas à la sortie du circuit… Les membres du Yellow Jackets MC se retrouvaient régulièrement dans un petit bar appelé le Crash Inn, dans le village californien de Crestline, dans les montagnes de San Bernardino, tant et si bien que le propriétaire de l'établissement a fini par devenir lui-même membre honoraire du club !
Beaucoup de clubs se retrouvaient d'ailleurs au Crash Inn : les Sharks, les 13 Rebels, les Top Hatters puis les Boozefighters, pour ne citer que les plus connus. Ils passaient des heures au comptoir, à rire, à boire, bref, à passer un bon moment. C'est dans ces moments-là que les liens de fraternité se forgeaient, pour donner naissance à ces clubs où la course n’était plus le seul ciment du groupe.
Anecdote amusante : très proches du Boozefighters MC, qu'ils considéraient comme un club frère, les membres du Yellow Jackets MC leur prêtaient de temps en temps leurs célèbres sweaters, afin que les Boozefighters puissent participer aux courses de l'AMA dont ils étaient bannis ! Le reste du temps, le jeu préféré des Yellow Jackets consistait à attraper des lapins à la main, par les oreilles, en les poursuivant à moto… Plus difficile qu'on ne le croit. Et puisqu'on parle de leurs sweaters… À la fin des années 30 et jusque dans les années 40, les clubs ne portaient pas encore leurs couleurs en patches trois-pièces comme le firent par la suite la plupart des MC américains. La plupart du temps, il s'agissait plutôt de pulls brodés. Ceux des Yellow Jackets figurent parmi les plus célèbres : la partie centrale était noire, et les manches étaient rayée (comme souvent sur les sweaters sportifs), en jaune et noir, figurant l'abdomen d'une guêpe. Sur le dos, il y eut d'abord simplement comme broderie une guêpe à l'allure pour le moins compétitive, puis le dessin d'un coureur portant une veste jaune et chevauchant une guêpe en lui tenant les antennes comme s'il s'agissait d’une guidon de moto !
Avec le temps, le club finit par adopter la forme moderne des couleurs de MC, le patch en trois pièces brodé sur leurs gilets en cuir. Aujourd'hui, le rocker du haut porte le nom du club, le patch central le logo représentant une guêpe agressive avec une veste jaune, et le rocker du bas affiche soit « 1938 » (l'année de création), soit « Mother » (pour les membres appartenant au chapitre original), soit « National » (pour les officiers de haut rang). Un petit patch rond sur le côté supérieur droit de la veste reproduit le patch d'origine du club, en une seule pièce.
Aujourd'hui, le Yellow Jackets MC est devenu un club national, ce qui signifie que ses membres sont répartis sur l'ensemble du territoire américain, avec plusieurs chapitres dans différents états. Il est même récemment devenu un club international, ayant ouvert un chapitre en Italie ! Tout comme les 13 Rebels ou les Boozefighters, ce n'est pas un club « 1% » et il ne revendique aucun territoire. Ayant démarré en Californie du Sud, le club s'est ensuite étendu vers l’est, acceptant de plus en plus de nouveaux membres et absorbant parfois d’autres clubs. Aujourd’hui, les Yellow Jackets sont présents de l'Alaska jusqu'à la Floride. Egalement connu sous les surnoms de « YJMC », de « 25 » ou de « Black & Yellow », le club a aujourd'hui transféré son siège social dans l'Illinois, mais le dernier membre fondateur encore en vie, Bob Macmillen, vit toujours en Californie.




Dernière édition par Grumpy le Mar 22 Aoû - 0:10, édité 1 fois

_________________
Ne roule pas plus vite que ton ange peut voler...
avatar
Néné
Harley nation crew
Harley nation crew

Messages : 4152
Date d'inscription : 09/11/2015
Age : 61
Localisation : Vosges
Bike: : Trike Street Bob

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire des clubs Américain.

Message par Néné le Lun 21 Aoû - 23:56

History 13 rebelles mc

Le club des rebelles de 13 (13) a été fondé en 1937 par Ernest Bryant Bryant ("Tex" Bryant). Tex et 12 autres motogonshchikov de Californie devinrent les pères fondateurs du club. 13 rebelles mc a été et reste approuvé par le club de l'american moto association (ama). Malgré le fait que 13 rebelles n'est pas le plus ancien club de motards (leur club est de yonkers, New York, fondé en 1903), les traditions et l'histoire de 13 RMC forment le folklore des motards en Amérique.

La liste des membres légendaires du club comprend shell tueta, qui participe à la course et construit de nombreuses voitures de course indépendantes ; John Et Ernie Rochcho, qui participaient aux courses dans les États et représentaient les États-Unis dans les années 1950 ; William Wine Wine, qui a quitté 13 cmr en 1946 et fondé le club club, ainsi que Elmo - Crocker. Avec ces détails, un grand nombre de motos ont été ramené à la vie.

Les rebelles du club 13 existent encore avec des chapty dans différents états. 13 cmr toujours approuvé par ama. Il a obtenu le statut historique, ce qui implique que l'american moto association l'a approuvé il y a plus de 50 ans. 13 rebelles existent pour transmettre de génération en génération L'Esprit et les traditions des vrais clubs de moto.



_________________
Ne roule pas plus vite que ton ange peut voler...
avatar
Néné
Harley nation crew
Harley nation crew

Messages : 4152
Date d'inscription : 09/11/2015
Age : 61
Localisation : Vosges
Bike: : Trike Street Bob

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire des clubs Américain.

Message par Harson le Mar 22 Aoû - 6:52

avatar
Harson
Admin
Admin

Messages : 1278
Date d'inscription : 10/11/2015
Age : 42
Localisation : IDF
Bike: : Fltrxs et x90

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire des clubs Américain.

Message par Néné le Jeu 24 Aoû - 22:35

LES BARS O٠TOUT A COMMENCɅ

Week-end du 4 juillet 1947, à Hollister. Pour la première fois depuis le début de la guerre, l’American Motoryclist Association (AMA) organise une étape de son célèbre Gypsy Tour dans la petite ville californienne. Plus de sept cents motards et quatre mille visiteurs participent à la fête. Mais les membres de quelques jeunes MC comme les Boozefighters ou les Galloping Goose, se voyant refuser l’inscription à la course officielle se tenant sur Bolado Park, se replient vers le centre ville, qui devient alors le théâtre de courses improvisées, burns et autres festivités, à grands renforts de bière. San Benito Street, l’artère principale, est noire de monde, de la 4ème à la 6ème rue. Selon les journalistes, ce fut une terrible émeute. Mais pour les motards et les habitants de la ville, ce fut surtout une sacrée belle fête ! Et pour les bars, certainement l’un des week-ends les plus rentables de leur histoire. Culture Biker a enquêté pour vous pendant plusieurs mois sur les cinq bars mythiques de San Benito Street qui étaient ouverts à l’époque et qui ont assisté, depuis leur comptoir, à la naissance du mouvement.
NEW DEAL CAFÉ (aujourd’hui JOHNNY’S BAR & GRILL) 526 San Benito Street
Pour commencer ce panorama, il convient de présenter le plus mythique de ces cinq bars, celui qui, avec le temps, est devenu le symbole même de la naissance de la contre-culture biker.
En 1946, un membre de la famille Matulich (une famille d’immigrés croates installés au début du XXe siècle en Californie, et plus particulièrement dans le conté de San Benito, dont la plupart ouvrirent des bars et restaurants) racheta le New Deal Café. Très étroit, ce petit bar-restaurant du centre ville , spécialisé dans les steaks et les cheeseburgers, siégeait depuis quelques années juste à côté de la célèbre Hollister Pharmacy de monsieur et madame Williams.
Niché au coin de la Wentz Alley, entre la 5ème et la 6ème rue, le bar était précisément situé à l’endroit même d’où partirent les courses improvisées de ce fameux week-end du 4 juillet 1947. Du vendredi soir au dimanche matin, la bière coula à flot. Le long du trottoir noir de monde s’alignaient d’interminables rangées de motos. Enfin, dans la soirée du samedi, c’est dans le New Deal Café que l’un des membres du Boozefighters MC, Gil Armas, entra gaîment au guidon de sa moto, à la demande du patron lui-même, enchanté par l’attraction que causa tout ce remue-ménage. On fit même monter la Harley de Gil sur le comptoir !

Mais ce qui fit définitivement entrer le New Deal Café dans la légende, c’est une photo. En effet, la célèbre photo de ce motard enivré, Eddie Davenport, parue dans le magazine Life du 21 juillet 1947 et qui a donné naissance à la sulfureuse réputation des bikers américains, fut prise juste devant la porte du New Deal Café ! On peut clairement voir celle-ci sur les deux clichés du photographe Barney Petersen, et on reconnaît sans peine la devanture de la Hollister Pharmacy sur la droite de la photo.
En 1955, le bâtiment, qui comptait alors deux étages, fut reconstruit, pour n’en comporter plus qu’un. À cette occasion, suite au succès de L’Équipée sauvage, inspiré des dites émeutes de Hollister, le patron du bar eut la judicieuse idée de rebaptiser son établissement le Johnnie’s Bar & Grill, en hommage au personnage de Marlon Brando dans le film. Rapidement, le café devint une véritable institution, non seulement pour les habitants de Hollister, mais surtout pour tous les bikers de passage. Les membres du Boozefighters MC en ont même fait un lieu de pèlerinage et, depuis des années, se retrouvent à l’intérieur à l’occasion du 4 juillet pour commémorer leurs performances d’Hollister ! Ardente supportrice du club, la propriétaire actuelle a d’ailleurs savamment décoré les lieux de vert et de blanc…

En 1994, après être passé entre les mains de nombreux propriétaires successifs, (notamment celles de Carolyn Rivers, qui dirige aujourd’hui le Whiskey Creek Saloon, dans la 5e rue) le bar est racheté par Dani Merrill, qui n’obtient toutefois pas le droit de réutiliser le nom Johnnie’s Bar & Grill, déposé par un précédent propriétaire. Le bar change alors de dénomination, et devient It’s Showtime ! Le succès ne sera pas au rendez-vous. Aussi, en 1995, Charisse Tyson – la propriétaire actuelle – rachète le bar et a la bonne idée de changer l’orthographe de « Johnnie » en « Johnny » pour lui redonner, à deux lettres près, le nom qui l’a rendu célèbre : il devient le Johnny’s Bar & Grill !
En 1997, quelques semaines à peine avant que la ville ne célèbre le cinquantenaire des émeutes de Hollister, Willie « Wino » Forkner, co-fondateur du Boozefighters MC perdit la vie, alors qu’il devait justement se rendre aux célébrations dont il était lui-même un emblème. Un vibrant hommage lui fut rendu pendant le week-end, et on érigea dans le bar un autel à sa mémoire, où furent déposées ses cendres.

Mais on ne peut terminer cet article sans parler de la célèbre façade du bar, ou plutôt, de ses deux célèbres façades successives.

En effet, en 1998, l’artiste Peter Teekamp et sa compagne Michelle, trouvant que la ville manquait de couleurs, proposèrent de repeindre les façades de deux bars de Hollister, le Johnny’s Bar & Grill de Charisse Tyson, et le Whiskey Creek Saloon de Carolyn Rivers. À l’évidence, ils choisirent la moto comme thématique, et en particulier le film de László Benedek, l’Équipée sauvage. Le couple Teekamp continuèrent alors leurs fresques sur d’autres bâtiments de la ville, avant que certains habitants ne se plaignent de leur trop grande profusion…
Près de dix ans plus tard, en juin 2007, l’artiste Ronald Rocha, de San Antonio, proposa à Charisse Tyson d’offrir gratuitement à la façade du bar une nouvelle peinture, plus grande encore, et plus colorée. Il peignit donc la célèbre fresque que l’on peut encore y voir aujourd’hui, sur laquelle apparaissent Marlon Brando, les deux heros d’Easy Rider, mais aussi Willie « Wino » Forkner et Daniel « Boo Boo » Cazares, figure californienne du monde biker célèbre pour son étrange chapeau de fourrure…

Enfin, en avril 2009, la mystérieuse confrérie E Clampus Vitus (ECV), célèbre pour sa vive appréciation des débits de boisson, fit installer sur le mur arrière du bar une plaque commémorative en bronze pour honorer la mémoire de Willie « Wino » Forkner, véritable héros de la descente de bière devant l’éternel !

_________________
Ne roule pas plus vite que ton ange peut voler...
avatar
Néné
Harley nation crew
Harley nation crew

Messages : 4152
Date d'inscription : 09/11/2015
Age : 61
Localisation : Vosges
Bike: : Trike Street Bob

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire des clubs Américain.

Message par snatch88 le Jeu 24 Aoû - 23:13

Merci mon Grumpy

_________________
Heureux soient les fêlés, car ils laisseront passer la lumière
avatar
snatch88
Admin
Admin

Messages : 8544
Date d'inscription : 09/11/2015
Age : 53
Localisation : VOSGES
Bike: : Heritage softail 2010

http://www.vosegus-tribe.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire des clubs Américain.

Message par Néné le Mar 29 Aoû - 12:59

TOP HATTERS
CALIFORNIA

e Top Hatters Motorcycle Club (THMC) est basé à Hollister en Californie et l'un des clubs de moto les plus anciens aux États-Unis, créé en 1947. Se club est et restera exclusivement des motocyclettes américaines.

Top Hatters est une forte fraternité de motards. C'est une confrérie de bikers qui prennent leurs couleurs très sérieusement. Le Club maintient une grande considération pour la famille et passe la majeure partie de leurs temps à faire des fonctions de club qui profitent à leur communauté.

Le chapitre de San Diego est originaire de la vallée impériale où les membres ont été forgés dans les plaines du désert. Comme leurs ancêtres et frères Jess et Joe Bravo, ils continuent  à honorer et à perpétuer leur vision de construire leurs charte de frères dévoués.

Les  membres du club sont des motards du cœur et sont fiers d'être membres de la confrérie du Top Hatters Motorcycle Club.


_________________
Ne roule pas plus vite que ton ange peut voler...
avatar
Néné
Harley nation crew
Harley nation crew

Messages : 4152
Date d'inscription : 09/11/2015
Age : 61
Localisation : Vosges
Bike: : Trike Street Bob

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire des clubs Américain.

Message par Néné le Mar 29 Aoû - 15:02

Pissed Off Bastards of Bloomington

Le POBOB était l'un des premiers clubs de motos et de voitures. À quelques miles au sud de San Bernardino, en Californie , dans la petite ville de Bloomington en 1945, un groupe particulier d'anciens combattants, y compris le fondateur de POBOB, Otto Friedli, trop jeune pour avoir servi dans la guerre, a trouvé la vie civile trop lente Pour obtenir plus de sensations fortes en conduisant des motos et des voitures hot rod. Puis, le 4 juillet 1947, à Hollister, en Californie, où l' American Motorcycle Association (AMA) a sanctionné le Gypsy Tour Run, les Commissaires Boozefighters , POBOB et Market Street ont repris la ville pendant près de trois jours. Les membres de la POBOB ont joué un rôle essentiel dans l' émeute de Hollister , sur laquelle était basé le film The Wild One , avec Marlon Brando .

Deux mois plus tard, les mêmes clubs sont allés à Riverside, en Californie, pour le week-end de la fête du Travail, un autre événement sanctionné par AMA. La même chose est revenue à Hollister. Plus de quatre mille personnes, les motards et les citoyens, ont repris la rue principale de la ville. Un shérif de Riverside, Carl Rayburn, a accusé un groupe d'enfants punk d'avoir perturbé sa ville en disant: "Ce sont des rebelles, ils sont hors-la-loi".

Six mois plus tard, Otto Friedli et quelques membres mécontents de POBOB ont formé la première charte des Hells Angels le 17 mars 1948, à San Bernardino, également connue sous le nom de "Berdoo". La même année, l' AMA a fait une déclaration que quatre-vingt-dix-neuf pour cent des motocyclistes sont de bonnes personnes qui jouissent d'un sport propre et c'est le pourcent qui sont des barbares anti-sociaux. Le terme «one percenter» est né.

Trois ans plus tard, le POBOB MC est revenu en tant que club de moto (moins le club automobile), dans la ville de Fontana connue sous le nom de Felony Flats. Le club existe encore aujourd'hui avec un groupe de membres connu sous le nom de Pissed Off Bastards de Berdoo , dans toute la Californie et le Nevada .



_________________
Ne roule pas plus vite que ton ange peut voler...
avatar
Néné
Harley nation crew
Harley nation crew

Messages : 4152
Date d'inscription : 09/11/2015
Age : 61
Localisation : Vosges
Bike: : Trike Street Bob

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire des clubs Américain.

Message par Néné le Mar 29 Aoû - 16:34




MOONSHINERS MC
82 ans de courses, d'équitation et de levée d'un petit enfer

HISTORIQUE DU CLUB


Le Moonshiners Motorcycle Club a été créé en tant que Compton Moonshiners Motorcycle Club près de Compton, en Californie, en 1934, par un groupe de gars qui voulaient faire de la course, de l'équitation et de l'enfance. Le Moonshiners MC était l'un des nombreux clubs du sud de la Californie rendus célèbres par leurs actions en 1947 à Hollister CA. Le club a été mentionné dans plusieurs livres écrits sur les premiers jours de clubs de moto dans le sud de la Californie.


AU DÉBUT


Le Moonshiners MC a obtenu son nom de l'un de ses membres fondateurs, Tennessee Floyd Bagshaw, qui était un moonshiner de la deuxième génération des collines du Tennessee. À la hauteur de la Prohibition et inquiet, les revenus se rapprochent de lui, Tennessee Floyd a laissé ses indiscretions passées derrière et a monté sa moto à Compton Californie pour chercher un travail honnête. Incapable de trouver un travail décent, il ne tarda pas à ce que Tennessee Floyd revienne à ses anciennes façons et ce qu'il savait le mieux, en faisant des lombres. Dans les années qui ont suivi, Tennessee Floyd et quelques-uns de ses copains les plus proches utilisaient leurs vélos pour courir leur éclat dans tout le sud de la Californie. Le folklore du club l'a fait, les gars ont affiné leurs compétences de course et de course en courant de la loi sur les chemins de terre. Après la fin de la Prohibition, les soldats de guerre, Tennessee Floyd Bagshaw, Vegas Jack Vegestri, Frank McClery, Kenny Hylander, George Manker et Jon Davis Jr. ont formé le Moonshiners MC pour faire de la course sur les chemins de terre dans le sud de la Californie pour un peu d'argent supplémentaire. Contrairement à de nombreux clubs de l'époque, Moonshiners MC a refusé de rejoindre AMA. En raison de ce refus de se conformer, ils n'ont pas été autorisés à disputer les événements AMA en tant que Moonshiners et ont été qualifiés d'un club de moto "Outlaw". Cependant, en raison des paiements en espèces plus importants d'AMA, un certain nombre de membres de Moonshiners MC étaient simultanément membres d'une moto AMA appelée 13 Rebels MC uniquement pour les courses de l'AMA, puis est retournée en tant que Moonshiners après la course. L'esprit «hors-la-loi» brillait avec les Moonshiners, luttant contre l'établissement à chaque tournant.


Kenny Hylander était l'un des meilleurs coureurs hors-bord de Moonshiners MC. Kenny a aidé à former le 13 Rebels MC en 1937 afin de courir dans les courses AMA. Kenny peut être vu dans Moonshiner MC et 13 photographies Rebel MC.


Un autre membre, Fredolf ​​"Swede" Johnson qui a monté une moto Zundapp (allemande) a été un coureur accompli dans le sud de la Californie de la fin des années 40 au début des années 60. Il a couru le long de la course, le grand Bud Ekins et les deux ont été parrainés par les célèbres Johnson Motors of Pasadena CA. En raison de son record de victoire, il est répertorié dans de nombreuses publications de course. Il a quitté les courses au début des années 60 pour courir sur les plus grands concessionnaires de motos Honda dans le nord-ouest.


LES JEUNES ANNÉES


Le 14 décembre 1939, le Moonshiners MC a reçu le trophée du «Top 13 Diamond Club Award», qui a indiqué qu'ils étaient l'un des «Top 13» «Southern California Outlaw Federation» hors-jeu des clubs de courses de moto de 1939. Après avoir reçu le trophée le Moonshiners MC portait le patch SCOF Diamond 13 sur leurs maillots. Les coureurs comprenaient: "Tennessee Floyd" Floyd Bagshaw, Jack Vegestri "Vegas Jack", Frank McClery, Kenny Hylander, George Manker et Johnny Davis Jr.


Au début des années 1940, le Moonshiners MC était connu pour traîner au All American Bar à Los Angeles, en Californie, avec les autres clubs de moto du sud de la Californie de l'époque, y compris le North Los Angeles MC, Road Runners, Glendale Strokers, Side Winders, Les pécheurs, les rats en bloc, les ânes du désert, les Gripsters, les Jesters, les Dust Makers, les Dirt Diggers, Market Street Commandos, Satan's Sinners, Boozefighters, Yellow Jackets, Top Hatters, POBOB et les 13 Rebels. Le Moonshiners MC était l'un des nombreux clubs de motos rendus célèbres quand il a participé à l'infâme attaque de motard de Hollister en 1947 et à l'invasion de motards de 1948 à Riverside. Contrairement au Boozefighters Motorcycle Club qui a été blâmé pour les émeutes, le Moonshiners MC a pu échapper à la loi et a quitté les deux villes pendant le chaos. Une grande partie de cette histoire antérieure de clubs est entrelacée les uns avec les autres, en raison des événements de course dans lesquels les clubs ont participé. Les Moonshiners, 13 Rebels, Boozefighters et Market Street Commandos étaient quelques-uns des clubs dont les membres appartenaient simultanément aux clubs pour la course Objectifs.


AUJOURD'HUI


MOONSHINERS d'aujourd'hui maintient vivante les traditions des débuts du club. Nous nous efforçons de continuer la longue histoire de la course, de l'équitation et de l'élévation d'un petit enfer, ajouter des boissons alcoolisées et de la fraternité et c'est un bon moment. Comme beaucoup de clubs très débutants, au cours des années, le patch du club a légèrement changé, mais conserve le design original. La conception de celle d'un pistolet toting hillbilly, boire de la lune et monter une moto au clair de lune. Nos modèles de course et nos patchs de clubs sont fabriqués par NLAMC vintagemotorclothing.com du sud de la Californie dans le style original, qui est un style unique de chenille et de chaînage au début des années 40. Chaque patch et jersey est fait à la main un à la fois aux États-Unis en utilisant les techniques et les modèles d'origine d'antan et produits sur des machines datant du début du siècle.


Beaucoup de membres du club, comme ceux qui les ont précédés, sont des militaires actuels ou anciens de l'armée. Nous sommes tous fiers de soutenir l'armée américaine et nous continuons à soutenir ceux qui ont sacrifié au service de leur pays.




_________________
Ne roule pas plus vite que ton ange peut voler...
avatar
Néné
Harley nation crew
Harley nation crew

Messages : 4152
Date d'inscription : 09/11/2015
Age : 61
Localisation : Vosges
Bike: : Trike Street Bob

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire des clubs Américain.

Message par snatch88 le Mar 29 Aoû - 19:37

Super intérssant merci mon bro

_________________
Heureux soient les fêlés, car ils laisseront passer la lumière
avatar
snatch88
Admin
Admin

Messages : 8544
Date d'inscription : 09/11/2015
Age : 53
Localisation : VOSGES
Bike: : Heritage softail 2010

http://www.vosegus-tribe.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire des clubs Américain.

Message par DOMSHOVEL le Mar 29 Aoû - 23:28


_________________
RIDE FOREVER
avatar
DOMSHOVEL
Harley nation crew
Harley nation crew

Messages : 2309
Date d'inscription : 12/11/2015
Age : 64
Localisation : IDF
Bike: : 1340 FLH de 1982

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire des clubs Américain.

Message par snatch88 le Mer 30 Aoû - 20:18

Ca y est on est accro mon Néné Smile

_________________
Heureux soient les fêlés, car ils laisseront passer la lumière
avatar
snatch88
Admin
Admin

Messages : 8544
Date d'inscription : 09/11/2015
Age : 53
Localisation : VOSGES
Bike: : Heritage softail 2010

http://www.vosegus-tribe.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire des clubs Américain.

Message par Néné le Jeu 31 Aoû - 0:28

snatch88 a écrit:Ca y est on est accro mon Néné Smile
bounce bounce bounce bounce bounce bounce bounce bounce bounce bounce bounce

_________________
Ne roule pas plus vite que ton ange peut voler...
avatar
Néné
Harley nation crew
Harley nation crew

Messages : 4152
Date d'inscription : 09/11/2015
Age : 61
Localisation : Vosges
Bike: : Trike Street Bob

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire des clubs Américain.

Message par Néné le Sam 4 Nov - 1:00

YONKERS MOTORCYCLE CLUB

Le Yonkers Motorcycle Club (YMC) a été formé en 1903 à Yonkers, New York par George Eller. Depuis 1927, le club a été affrété par l'American Motorcyclist Association.Le YMC prétend être le plus ancien club de motards actif aux Etats-Unis.



_________________
Ne roule pas plus vite que ton ange peut voler...
avatar
Néné
Harley nation crew
Harley nation crew

Messages : 4152
Date d'inscription : 09/11/2015
Age : 61
Localisation : Vosges
Bike: : Trike Street Bob

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire des clubs Américain.

Message par Yannboy le Sam 4 Nov - 7:22

cette année de création me dit quelque chose.....




avatar
Yannboy
FULL Member
FULL Member

Messages : 2345
Date d'inscription : 13/11/2015
Age : 56
Localisation : Cote de jade
Bike: : Fat boy

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire des clubs Américain.

Message par Néné le Sam 4 Nov - 15:51

Le problème c'est qu'ils se prétendent tous être le plus vieux club.... Very Happy

_________________
Ne roule pas plus vite que ton ange peut voler...
avatar
Néné
Harley nation crew
Harley nation crew

Messages : 4152
Date d'inscription : 09/11/2015
Age : 61
Localisation : Vosges
Bike: : Trike Street Bob

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire des clubs Américain.

Message par snatch88 le Dim 5 Nov - 0:20

Encore une belle info mon Néné merci

_________________
Heureux soient les fêlés, car ils laisseront passer la lumière
avatar
snatch88
Admin
Admin

Messages : 8544
Date d'inscription : 09/11/2015
Age : 53
Localisation : VOSGES
Bike: : Heritage softail 2010

http://www.vosegus-tribe.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire des clubs Américain.

Message par Néné le Sam 25 Nov - 0:49

Si tu ne sais pas, maintenant tu sais. Le respect de notre histoire.

Les vrais "Wild Ones"
L'émeute de moto de Hollister de 1947

Note à l'intention des visiteurs de bikewriter.com: Ces entrevues ont eu lieu à la fin de 1998. Tous les participants ont été témoins oculaires des événements qui ont pris le nom d '«émeute des motards» de Hollister. Des extraits de ces entrevues ont été publiés dans Classic Bike, mais les transcriptions complètes sont présentées ici, afin de documenter pleinement cet événement important dans l'histoire de la moto.

Résumé / Lead:

   Le 4 juillet 1947, 4 000 'straight-pipers' sont arrivés à Hollister. Leur plan était de passer le long week-end à faire la fête et à regarder les courses, mais la fête devint un peu hors de contrôle. Même la police locale a admis que les motards "ont fait plus de mal à eux-mêmes qu'ils ne l'ont fait à la ville", mais la presse a sauté l'histoire hors de proportion. Lorsque les événements ont été dramatisés par Hollywood dans "The Wild One", l'image de la moto américaine a changé pour toujours. Maintenant, vous pouvez lire ce qui s'est vraiment passé, selon les mots des gens qui étaient vraiment là.

introduction

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, la ville de Hollister, au centre de la Californie, comptait environ 4 500 habitants. Les terres agricoles doucement vallonnées entourant la communauté étaient bien adaptées à la conduite de motocyclette; il y avait des installations pour les courses, les courses de côte et les courses sur piste à Bolado Park (environ 10 miles) et à Memorial Park, à la périphérie de la ville.

Au cours des années 1930, Hollister avait été le site de courses populaires sanctionnées par l'American Motorcyclist Association, et promu par les Salinas Scramblers (correction - Salinas Ramblers) . Les spectateurs participaient à des «Gypsy Tours» organisés par l'AMA et, au fur et à mesure de la fréquentation, les courses du Memorial Day devenaient aussi importantes pour Hollister que la foire du bétail ou le rodéo.

Racing a été reportée après l'entrée tardive de l'Amérique dans la guerre. Quand il a été organisé à nouveau pour 1947, les commerçants locaux ont accueilli une source majeure de revenus à l'économie Hollister.

Lorsque la paix éclate, de nombreux militaires américains sont démobilisés en Californie et s'y installent. En tant que soldats, ils avaient gagné un salaire régulier, mais ils n'avaient pas trouvé grand-chose pour le dépenser. Sous le soleil de Californie, avec de l'argent en poche, ils ont fait la même chose que n'importe quel lecteur Classic Bike. Puis, quand ils ont été dépensés, ils ont acheté des motos avec la pâte restante.

Les vétérans ont formé des centaines de petites motocyclettes avec des noms comme les «Jackrabbits», les «13 rebelles» et les «Yellow Jackets». Les membres portaient des chandails club; monté, bu et fait la fête ensemble; et organisé des réunions informelles sur le terrain de la moto. Il n'y avait pas de sens de la territorialité, ni de rivalité entre les clubs.

L'AMA s'est rendu compte que la guerre avait exposé beaucoup d'Américains aux motocyclettes; vétérans sont revenus avec des expériences de WA45 de Harley Davidson. À la maison, les pénuries de métaux et de carburants avaient encouragé les gens à conduire au lieu de conduire. Désireux de garder ces nouveaux coureurs, l'AMA a sanctionné les compétitions et organisé Gypsy Tours avec un enthousiasme renouvelé.

L'armée, cependant, n'est pas un endroit particulièrement bon pour acquérir des grâces sociales. Les nouveaux motocyclistes buvaient plus fort et étaient plus exubérants que les coureurs qui étaient venus à Hollister avant la guerre.

Dès le vendredi matin, des milliers de motocyclistes ont envahi la ville. Ils sont descendus de San Francisco, de Los Angeles et de San Diego, et d'aussi loin que la Floride et le Connecticut. Le soir, la rue San Benito était obstruée par des motos. Désireux d'empêcher les habitants de s'égarer dans la foule, les sept hommes du département de police de Hollister ont installé des barrages routiers à chaque extrémité de la rue principale.

Au début, les 21 (!) Bars et tavernes de Hollister accueillaient les motards à bras ouverts. C'était une bonne blague quand les motos étaient montées dans plusieurs tavernes. Mais les propriétaires du bar se sont rapidement rendu compte que la foule ne nécessitait aucun encouragement supplémentaire. Suivant les conseils de la police, les barmen ont accepté de fermer deux heures plus tôt que d'habitude. Une tentative sans enthousiasme a été faite pour cesser de servir de la bière, selon la théorie selon laquelle les motards ne pourraient probablement pas se permettre d'alcool fort.

De la fin de vendredi après-midi au dimanche matin tôt, la police accablée de Hollister (et beaucoup de résidants amusés) a regardé la scène de «pipers droites» ivre drags; des affichages de wheelie et d'épuisement professionnel; et des courses de relais impromptues directement sur la rue principale. La plupart d'entre eux ont ignoré les courses sanctionnées à Memorial Park.

Au total, 50 à 60 motards ont été traités pour des blessures à l'hôpital local. Environ le même nombre ont été arrêtés. Ils étaient accusés de délits: ivresse publique, comportement désordonné et conduite imprudente. La plupart ont été détenus pendant seulement quelques heures. Personne n'a été tué ou violé; il n'y avait pas de destruction de biens, pas d'incendie criminel, ni de pillage; en fait, aucune section locale n'a subi de préjudice.

Dimanche, 40 agents de la California Highway Patrol sont arrivés avec une démonstration de force et des menaces de gaz lacrymogène. Les motards se sont dispersés et sont retournés à leur travail.

Le San Francisco Chronicle a couru des comptes à couper le souffle du week-end sauvage de Hollister. Même s'ils ne mentaient pas, les histoires portaient des titres sensationnels comme «Havoc in Hollister» et «Riots ... Cyclists Take-Over Town». Le cauchemar des relations publiques de l'AMA s'est encore aggravé deux semaines plus tard quand le magazine Life a publié une photo pleine page d'un ivrogne costaud, se balançant sur une Harley, avec une bière dans chaque main.

Au fil du temps, il devient plus difficile de séparer les mythes Hollister de la réalité. Cela n'aurait pas pu être trop mal, car la ville a accepté de permettre à l'AMA et aux Scrambler de Salinas de promouvoir des courses de motos à peine cinq mois plus tard. Les barmen locaux ont accueilli les motards (et leurs portefeuilles) une fois de plus.

La communauté était le calme à l'œil d'une tempête nationale. Hollister, qui avait connu l'émeute, était prêt à reprendre les motards; Pendant ce temps, les villes à travers les États-Unis qui avaient seulement lu la couverture de presse, ont annulé les réunions de course. Les services de police ont également favorisé l'idée que des bandes itinérantes de voyous impitoyables de motocyclistes puissent descendre sur leurs villes à tout moment. Cela a fonctionné particulièrement bien au moment du budget.

Quand Hollywood a dramatisé le week-end de Hollister dans le film The Wild One de 1954, tout espoir de sauver l'image de la moto a été perdu. Au mieux, il a montré les motards comme des marginaux ivre; au pire, sociopathes. La seule scène rédemptrice du film vient quand une balade sur le Triumph de Brando affaiblit la détermination d'une belle, mais chaste, jeune femme. Si seulement c'était vrai.

Ironiquement, la couverture médiatique sensationnelle de Hollister a contribué à engendrer des gangs de motards criminels. Une fois que les craintes du public à l'égard des motocyclistes ont atteint leur paroxysme, les motocyclistes ont interpellé irrésistiblement les vrais sociopathes. Quelques prédateurs ont formé des clubs et ont été encouragés par des représentations médiatiques exagérées du crime des motards. Dans les années 1960, des clubs comme les Hell's Angels ont fait ressembler Marlon Brando à Marlon Brando. L'AMA a mené une action d'arrière-garde de relations publiques depuis.

Témoins oculaires

Bertis 'Bert' Lanning

Bert Lanning avait 37 ans quand la tournée des 47 Gipsy est montée à Hollister. En tant que mécanicien dans un garage local, il a eu un contact direct avec de nombreux motards impliqués.

«J'ai travaillé à Hollister, chez Bernie Sevenman's Tire Shop, dans la rue principale, j'avais moi-même des motos, une Harley 45 et une Triumph, j'ai 88 ans et mes yeux ne me permettent plus de rouler, mais J'ai toujours un vélo dans mon garage!

Il y avait un bordel d'eux. À l'époque, la bière venait toujours dans des bouteilles, et il y en avait assez peu dans les rues, alors les motards avaient des crevaisons. Ils les amenaient dans le magasin, soit pour les faire réparer, soit ils voulaient les réparer eux-mêmes. Finalement, il y avait tellement de monde dans et autour de la boutique que des types réparaient des pneus dans la rue, allant et venant pour emprunter des outils. Peut-être que quelques outils ont disparu. Quoi qu'il en soit, mon patron est devenu nerveux et m'a dit de fermer le magasin. Je pensais que c'était génial, parce que je voulais sortir moi-même.

La rue principale était bondée, mais elle n'était pas aussi mauvaise que les journaux l'ont dit. Il y avait un tas de gars au deuxième étage de l'hôtel, en train de lancer des ballons d'eau. Je n'ai vu aucun combat ou quelque chose comme ça. J'ai aimé ça. Certaines personnes n'aiment pas les motos, je suppose. "

Bob Yant

Bob Yant possédait un magasin d'électroménagers dans la rue principale de Hollister. À l'époque, les appareils étaient conçus pour durer, tout comme Bob: Il travaille toujours au magasin tous les jours.

«En 1947, je venais de m'acheter l'entreprise d'électroménager et d'électroménager de mon père, nous avions un magasin à San Benito (rue), il y avait des motards partout, ils dormaient dans les vergers.

Notre magasin était ouvert ce samedi. Les gars montaient et descendaient Main Street, faisant des wheelies. La rue était pleine de vélos, et les trottoirs étaient bondés de gens qui étaient venus voir. En fait, c'était mauvais pour mon entreprise; mes clients ne pouvaient pas aller au magasin. C'était si lent que je suis parti tôt, et que mon employé s'est enfermé.

Le dimanche, je suis allé à l'hôpital pour rendre visite à un ami. Il y avait un tas de gars blessés, sur des civières dans le couloir, mais je pense qu'ils étaient surtout des coureurs. Il devait y en avoir une quinzaine, ce qui était un spectacle dans un si petit hôpital.

Il n'y avait pas de pillage ou quoi que ce soit; Je n'ai jamais eu peur pendant le week-end. Vous savez que nous avons eu quelques petits tracas même lorsque les motards n'étaient pas en ville. Je pense qu'un gars a fait du vélo dans "Walt's Club" (un bar) ou quelque chose, et quelqu'un a paniqué. La Highway Patrol est arrivée en masse et a éliminé tout le monde.

Le jour après que tout le monde soit parti, près de mon magasin, il y avait deux types qui prenaient une photo. Ils ont sorti un tas de bouteilles de bière vides d'un bar et les ont mis tout autour d'une moto, et ont mis un gars dessus. Je suis sûr que c'est comme ça que ça a été pris, parce qu'ils voulaient se mettre en haut pour prendre le tir, et ils m'ont emprunté une échelle. Cette photo est apparue sur la couverture du magazine Life. (Note de l'auteur: je n'ai aucune preuve que Life ait jamais publié l'histoire de Hollister sur la couverture)

Peu de temps après, ils ont transformé le petit champ de courses en un stade de baseball. "

Catherine Dabo

Catherine Dabo et son mari ont possédé le meilleur hôtel à Hollister. Quand les motards étaient diabolisés dans les médias, elle les défendait toujours.

«Mon mari et moi étions propriétaires de l'hôtel, qui avait aussi un restaurant et un bar, c'était le premier grand rassemblement après la guerre: notre bar mesurait quarante pieds de long et un motard chevauchait à la porte du bar, tout le long du bar. et à travers les portes dans le hall de l'hôtel!

Nous étions totalement réservés. Chaque chambre était pleine, et nous avions des gens qui dormaient dans les couloirs, dans le hall, mais ils étaient des gens formidables; nous avons eu plus de problèmes sur certains week-ends réguliers! Je n'avais jamais peur. Si vous aimez les gens, ils vous aiment. Peut-être que si vous essayez de leur dire quoi faire, alors regardez!

Les motos étaient garées dans les rues comme des sardines! Je ne pouvais pas croire à quel point certains d'entre eux étaient beaux.

J'étais génial pour notre entreprise; cela nous a donné l'argent dont nous avions besoin pour payer nos dettes et nos impôts. ils ont tous payé pour leurs chambres, leur nourriture, leurs boissons.

Ils (la presse) ont fait exploser ça plus que ça. Je ne savais même pas que quelque chose s'était passé avant de lire les journaux de San Francisco. La ville était si petite que s'il y avait eu une émeute, je l'aurais su! J'ai eu trois jeunes enfants, nous vivions juste à quelques pâtés de maisons, et je n'ai jamais eu peur pour eux. Je pense que les courses étaient de nouveau en 51. Mon mari et moi avons toujours défendu les motards; ils étaient de bonnes personnes. "

Gil Armas

Gil Armas monte encore une Harley 'Knucklehead' de 1947. Il a participé à des épreuves sur piste et a parrainé plus tard un certain nombre de coureurs de speedway.

«À l'époque, j'étais un porteur de hod, je travaillais pour une équipe de plâtrage à Los Angeles, j'avais une Harley 36, et je roulais avec les Boozefighters, nous avions l'habitude de sortir au bar« All American »à Firestone et Central. des clubs de motards traînés là, y compris les 13 rebelles, et les Jackrabbits.

Fondamentalement, nous sommes juste sortis sur des manèges. Certains d'entre nous sont allés faire de la course ou se sont rencontrés sur le terrain, où des événements comme des relais, des traînées; il y avait un événement appelé «rater» où vous commenciez tous dans un grand cercle, et si vous étiez passé, vous étiez sorti. Au début, la plupart de nos courses étaient des courses «hors-la-loi» que nous nous sommes organisées, mais quelques années plus tard, beaucoup d'entre nous sont devenus professionnels et ont participé à des demi-miles et des miles (sanctionnés par l'AMA). Je me suis retiré (de la course) en '53.

Je suis juste allé à Hollister pour le trajet. Un couple de mes amis faisaient la course. Mon vélo était tout à part, et je l'ai jeté sur une remorque et l'ai remorqué là-bas; Je ne voulais pas manquer le plaisir. J'ai fini par dormir dans la voiture.

Nous avons commencé à faire la fête. Il y avait tellement de motos là-bas que la police a bloqué la route. En fait, ils se sont rejoints. Il y en avait quatre dans une jeep. Nous avons en quelque sorte eu un bras de fer, avec nous le poussant dans un sens, et les poussant l'un l'autre. Les tempéraments se sont enflammés quand quelqu'un a volé un chapeau de flic, mais tout a explosé. Il y avait des courses dans la rue, des trucs comme ça, mais les flics l'avaient sous contrôle.

Plus tard, les journaux racontaient des histoires comme si nous avions sorti un groupe de gars de prison, mais rien de tout cela n'est arrivé du tout. Il y a eu quelques arrestations, essentiellement pour ivresse et désordre; Tout ce que nous avons fait, c'était descendre et les renflouer. En fait, quelques-uns des clubs ont essayé de forcer les papiers à imprimer une rétractation. Ils ont écrit une rétractation, mais c'était si petit que vous ne le verriez jamais.

Les propriétaires du bar se tenaient devant les bars en disant: «Amenez votre vélo! Ils ont mis le mien directement sur le bar.

Dimanche, les flics sont revenus avec des armes anti-émeutes et nous ont tous dit de faire leurs bagages et de partir. Au début, nous nous sommes assis sur le trottoir et nous nous sommes moqués d'eux, parce qu'il n'y avait pas d'émeute, mais nous sommes tous partis de toute façon.

En ces jours, si vous avez roulé une moto, alors tout le monde qui a roulé une moto était votre copain. Nous (Boozefighters) étions juste dans des parties de lancer. "

Août 'Gus' Deserpa
Gus Deserpa a vécu à Hollister. Il est le jeune homme souriant vu en arrière-plan de la célèbre photo 'Life Magazine'.

"J'étais projectionniste de métier, je travaillais au Granada Theater, au coin de Seventh et San Benito, je serais sortie de mon travail vers 23 heures, ma femme est venue me chercher, et nous avons décidé de monter à pied. Rue pour voir ce qui se passait.

J'ai vu deux types racler toutes ces bouteilles ensemble, qui étaient dans la rue. Puis ils ont positionné une moto au milieu de la pile. Au bout d'un moment, ce type saoul sort en titubant du bar, et ils l'ont fait s'asseoir sur la moto, et ont commencé à prendre sa photo.

Je me suis dit: «Ce n'est pas correct», et je me suis retrouvé contre le mur, où je serais sur la photo, pensant qu'ils ne le prendraient pas si quelqu'un d'autre était là. Mais ils l'ont fait quand même. Quelques jours plus tard, les journaux sont sortis et j'étais là en arrière-plan.

Ils ne faisaient rien de mal, ils se contentaient de monter et de descendre en criant et de crier; ne fait vraiment aucun mal du tout. "

Marylou Williams

Marylou Williams et son mari possédaient une pharmacie dans la rue principale de Hollister.

«Mon mari et moi possédions la pharmacie Hollister, qui se trouvait juste à côté du Johnny's Bar, sur la rue Main, et nous sommes allés à l'étage dans l'immeuble Elks, pour voir ce qui se passait dans la rue. Nous avons dû nous faufiler le long du mur du bâtiment.

Au deuxième étage du bâtiment des Elks, ils avaient quelques petits balcons. Ils étaient trop petits pour sortir, mais on pouvait se pencher et avoir une bonne vue sur la rue. J'ai amené mes enfants avec moi; J'ai eu deux filles. Ils étaient environ 8 et 4 à l'époque. Il ne m'est jamais venu à l'esprit d'être inquiet pour leur sécurité. Nous les avons vus monter et descendre la rue, mais c'était à peu près tout; quand le rodéo était en ville, les cowboys étaient aussi mauvais.

Harry Hill

Harry Hill est un colonel à la retraite, USAF. Il rendait visite à ses parents à Hollister pendant les émeutes de 1947.

«J'étais dans le Service à l'époque, mais j'étais à la maison pendant le long week-end, Hollister était une communauté agricole à l'époque, environ 4 500. Maintenant, la communauté de la Silicon Valley compte environ 20 000 habitants.

Avant la guerre, ils avaient eu des courses de motos à Bolado Park, à environ 10 miles au sud-est de la ville. Je crois que le grand événement était une course de cross country de 100 milles. À l'époque, l'AMA avait une chose appelée une tournée gitane; les gens venaient de partout sur les motos. Outre les courses, il y avait d'autres concours: équitation de précision, décoration de motos.

J'ai aimé les motos; J'ai commencé à faire du cheval vers 1930 et, à des moments différents, j'avais des Harleys et des Indiens. J'ai arrêté de rouler quand je me suis enrôlé dans l'armée de l'air, vers 41, alors mes vélos étaient de vieux types de chars.

À l'époque, le week-end de course n'était pas nécessairement la plus grande chose en ville, mais il était aussi grand que le rodéo, ou le cheval de selle. Il me semble qu'il y avait toujours deux ou trois personnes tuées pendant ces fins de semaine; les gens font la course et sont saouls, mais les choses ont changé après la guerre; ils ont beaucoup plus chahuteurs.

En '47, j'étais encore en service actif. Je suppose que j'étais un peu plus discipliné que le motard moyen qui a roulé ce week-end. C'était une maison de fous; mes parents étaient aussi âgés, et je ne pensais pas qu'il était juste de les laisser seuls, alors je suis resté dans la maison. Je l'ai entendu, cependant.

Dimanche, j'ai regardé autour de moi. C'était un gâchis, mais il n'y avait aucune preuve réelle de dommages physiques; pas de feux, ou quelque chose comme ça.

Il semblait y avoir beaucoup plus d'alcool quand les garçons de la moto étaient en ville, que lorsque les cow-boys étaient en ville. Quand les gars de la moto se sont mis à rire, nous avions l'habitude de dire 'Tourne les cow-boys en l'air!'.

Des années plus tard, j'ai recommencé à rouler. Franchement, je m'inquiétais de l'image que nous avions en tant que motocyclistes: les Hell's Angels, l'alcool, les putains ... la réputation de la moto était vraiment mauvaise. Et il y avait toujours une mauvaise publicité dans des endroits comme Bass Lake, où il y avait un grand rassemblement annuel de motards. Mais j'ai roulé parce que je l'aimais. Mes dernières motos étaient une Kawasaki Mach III dans les années 70, et une Kawasaki 1000, que j'ai vendue en 1990. "

Jim Cameron

Jim Cameron est toujours un coureur de motocyclette, monté sur un BSA Gold Star construit par Jeff Smith dans des événements de motocross vintage. "A cause de mon âge," rit-il, "AHRMA me laissera seulement participer à la classe 'Novice'!"

"J'étais un Boozefighter, les Boozefighters avaient été formés un an plus tôt, Wino Willie avait été membre des Compton Roughriders, ils étaient allés à une course AMA, une piste de terre battue, à San Diego. Bien sûr, il a commencé à faire du vélo et a fait quelques tours de piste, juste pour rire, mais finalement ils l'ont fait sortir de la piste, les Roughriders l'ont sorti du club pour ça. leur.

Willie décida que s'ils ne voyaient pas l'humour là-dedans, il commencerait son propre club. À l'époque, beaucoup d'entre nous traînaient dans un bar de South LA, appelé le All American. Plusieurs clubs se sont rencontrés là-bas: les 13 rebelles, les Yellowjackets, de toute façon, Willie parlait à un autre gars de ce qu'il fallait appeler le club, et il y avait un vieil ivrogne écoutant. Ce vieil ivrogne raconte: "Pourquoi ne vous appelez-vous pas? les 'Boozefighters', Willie pensait que c'était drôle, alors c'était le nom.

Le nom de Boozefighters était trompeur, nous n'avons pas du tout combattu. C'était difficile d'entrer; vous deviez venir à cinq réunions, puis il y avait un vote, et si vous avez eu un blackball, vous étiez dehors. Nous portions des pulls verts et blancs avec une bouteille de bière sur le devant et des 'Boozefighters' à l'arrière.

À l'époque, j'avais 23 ou 24 ans, je venais de sortir de l'armée de l'air. J'avais été dans le Pacifique, mais Willie et quelques-uns des autres avaient été des parachutistes en Europe. Ils l'avaient fait assez dur dans la guerre. J'avais un Scout Indien et un Harley '45 que j'ai utilisé comme messager.

À l'époque, l'AMA organisait ces 'Gypsy Tours'. L'un allait à Hollister le week-end de la fête de l'Indépendance. Cela semblait bien, alors un groupe d'entre nous a décidé de monter là-haut.

Nous avons quitté Los Angeles jeudi soir et avons traversé la nuit. Je pense que mon Scout n'a parcouru que 55 miles à l'heure, donc cela a pris du temps. Je pense que nous avons roulé jusqu'à ce que nous étions épuisés, et nous nous sommes arrêtés pour dormir pendant quelques heures à King City. Il était environ 6 heures du matin quand je me suis réveillé. Il faisait assez froid, et quand le magasin d'alcools a ouvert, j'ai acheté une bouteille, que j'ai bu pour essayer de se réchauffer. Ensuite, je suis monté à Hollister.

Il était environ 8h30 le vendredi matin quand je suis arrivé là-bas. Je montais dans la rue, et je vois ce type, un autre Boozefighter sortir d'un bar, et il crie: 'Entrez!'. J'ai donc monté mon vélo directement dans le bar. Le propriétaire était là, et cela ne semblait pas déranger du tout. Il pouvait voir que j'étais déjà assez ivre, alors il voulait prendre mes clés; il ne pensait pas que je devrais aller dans ma condition. L'Indien n'avait pas besoin d'une clé pour le démarrer, mais je l'ai laissé là dans le bar tout le week-end.

Je ne pense pas qu'il y avait plus de 7 d'entre nous des Boozefighters de Los Angeles. Il y avait aussi des gars des Frisco Boozefighters. Un de nos gars avait une '36 Cadillac. Il l'a utilisé pour remorquer notre remorque. Nous avions une remorque avec peut-être quinze ou seize couchettes; empilés trois haut des deux côtés. Essentiellement, nous buvions et faisions la fête jusqu'à ce que nous nous dégourdissions, puis nous y allions et nous nous endormions.

Ils ont prétendu qu'il y avait environ 3 000 gars là-bas. Je pense que la plupart d'entre eux sont allés aux courses de piste hors de la ville, mais nous ne l'avons pas fait. Nous nous amusions là. La rue était bordée de motos et les flics l'avaient bloqué. Fondamentalement, les gars étaient juste en train de se montrer; faire des courses, faire des cercles de pouvoir, voir combien de personnes ils pouvaient mettre sur un vélo, et nous étions juste en train de regarder et de rire.

Le chef des 'Frisco Boozefighters' était un type que nous appelions Kokomo. Il était dans la deuxième ou troisième fenêtre de l'hôtel, où il y avait un fil de téléphone qui passait de l'autre côté de la rue. Il portait un uniforme rouge criard, comme un clown de cirque, et il se tenait à la fenêtre en prétendant qu'il allait sortir sur le fil, comme un funambule. C'était très drôle.

Il y avait quelques flics là-bas, mais ils étaient cool. Fondamentalement, ils n'ont arrêté personne sauf s'ils ont fait quelque chose pour le mériter. Le seul Boozefighter auquel je puisse penser a été arrêté par un gars de Frisco. Certains d'entre eux étaient descendus dans une Ford Modèle T. Il surchauffait, et pendant qu'ils conduisaient dans la rue, il essayait de pisser dans le radiateur. De toute façon, ils l'ont arrêté, et Wino Willie est descendu pour essayer de le faire sortir; il était plutôt saoul à l'époque, alors ils l'ont aussi attrapé. Mais ils les ont laissés tous les deux après quelques heures.

Autour de samedi soir, j'ai commencé à dégriser. Après tout, je devais rentrer à la maison dimanche. Je suppose que j'ai sorti mon vélo du bar et je suis rentré chez moi vers 16 heures dimanche. Ce n'était vraiment pas un marché aussi important que les journaux l'ont fait croire.

John Lomanto

John Lomanto possédait une ferme à quelques kilomètres de Hollister. Il était un motocycliste avide, et un coureur local bien connu.

«J'ai travaillé avec mon père dans notre ferme, qui se trouvait à quelques kilomètres de Hollister, où nous cultivions des noix, des abricots et des pruneaux, une Harley '41 et une des premières membres du Hollister Top Hatters Motorcycle Club. En fait, les premières réunions ont eu lieu dans l'une de nos granges, mais plus tard nous avons loué un club-house au centre-ville de Hollister, nous nous sommes rencontrés trois fois par mois, avec un président, un secrétaire, un trésorier et tous Nos femmes venaient aussi, notre uniforme était un pull jaune à manches rouges.

Il y avait quelques courses en cours ce week-end; Je pense qu'il y avait une course de 1/2 mile, et un TT. Je ne suis pas allé aux courses, mais j'ai fait du vélo en ville.

C'était très excitant. La rue principale était bloquée, et la ville entière était des motos partout. Tout le monde avait une bière à la main; Je ne peux pas dire qu'il n'y avait pas quelques ivrognes! Mais il n'y avait pas de vrais combats - rien de tout cela M

L'article précédent a été écrit par Mark E. Gardiner et est apparu sur un site Web nommé Classic Bike qui n'est plus disponible sur le web.

_________________
Ne roule pas plus vite que ton ange peut voler...
avatar
Néné
Harley nation crew
Harley nation crew

Messages : 4152
Date d'inscription : 09/11/2015
Age : 61
Localisation : Vosges
Bike: : Trike Street Bob

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire des clubs Américain.

Message par snatch88 le Sam 25 Nov - 8:35

Très interessant .... je ne connaissais pas, merci mon néné

_________________
Heureux soient les fêlés, car ils laisseront passer la lumière
avatar
snatch88
Admin
Admin

Messages : 8544
Date d'inscription : 09/11/2015
Age : 53
Localisation : VOSGES
Bike: : Heritage softail 2010

http://www.vosegus-tribe.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire des clubs Américain.

Message par Wesson le Sam 25 Nov - 9:01

Je ne connaissais pas non plus , merci pour la précision Wink
avatar
Wesson
Active Member
Active Member

Messages : 332
Date d'inscription : 26/10/2017
Localisation : Banlieue Toulousaine
Bike: : Vieilles Harley

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire des clubs Américain.

Message par Néné le Lun 5 Mar - 17:22


_________________
Ne roule pas plus vite que ton ange peut voler...
avatar
Néné
Harley nation crew
Harley nation crew

Messages : 4152
Date d'inscription : 09/11/2015
Age : 61
Localisation : Vosges
Bike: : Trike Street Bob

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire des clubs Américain.

Message par snatch88 le Lun 5 Mar - 18:43


_________________
Heureux soient les fêlés, car ils laisseront passer la lumière
avatar
snatch88
Admin
Admin

Messages : 8544
Date d'inscription : 09/11/2015
Age : 53
Localisation : VOSGES
Bike: : Heritage softail 2010

http://www.vosegus-tribe.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire des clubs Américain.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum